Née en 1976 à Lorient, GWEN .H grandit dans une famille respectueuse de ses aspirations.

Des premières années de l’enfance passées à Paris et de son arrivée à Rennes à l’âge de 8ans , émerge le souvenir tendre et complice de son grand-père Edouard HELLIN, peintre de talent. Elle découvre à son contact les plaisirs des promenades au jardin à la recherche d’un insecte, d’une couleur, d’un objet polis comme autant de TRESORS enfouis. Cet homme exigeant et affable, maitre du trompe l’oeil, lui enseigne l’observation des matières et de leurs nuances striées par le temps .Il lui apprends à voir ce que la plupart d’entre nous ne prenons pas le temps de voir.

Aujourd’hui c’est justement de cela qu’il est question dans les oeuvres de GWEN .H
Elle nous donne à voir un univers intime, ténu, orchestré qui pose la question du temps qui passe.
.A nous qui sommes tous si pressés, sa réflexion réitérée sur la trace maintenue ou effacée nous oblige à nous arrêter, à rentrer dans les nuances, la non évidence, à respirer en toute liberté.

Un luxe pour ainsi dire !

Comme dans ces matinées sans limite des matins de vacances, elle nous transporte dans un univers onirique ou couleurs vives parfois acidulées rivalisent d’ingéniosité avec une matière âpre et sobre posée librement dans les limites du format souvent carré ou la construction des éléments atteint l’évidence.

Elle nourrit l’acrylique de matériaux aussi divers que les feuilles, le cuir, les éclats de goudrons
Chaque chose ramassée est transformée en TRESOR cette texture étonnante s’opposant à la légèreté du lavis qui adoucit toujours le blanc trop franc. Le rouge récurent se décline à l’opposé des noirs stridents mis à la bombe et appelle la nuance contenue élégamment des gris mauves et des beiges grèges.

Chaque toile de grande taille est un long voyage de plusieurs mois au grès de couches, glacis remis puis grattés comme autant de sarclages, maturation accompagnée par une composition à la rythmique sophistiquée palpitante comme le jardin qui se transforme sous l’oeil attentionné du jardinier.

A l’espace cohérent elle ajoute parfois comme une invite ludique le dynamisme d’un mot d’une lettre ou d’un signe juste, repère inconscient croix ou flèche, pour mieux nous indiquer que le chemin du rêve part d’une impulsion mais se perd très vite dans nos propres élucubrations.
Cette artiste, de fibre littéraire, s’inscrit dans l’histoire du street art avec des maitres puissants et libres comme Ernest Pignon Ernest ou Paul Bloas. La leçon de Pollock, Soulages ou Tapiès est intégrée, lui offrant cette étonnante capacité à creuser les choses, à les contenir pour proposer sans imposer.

GEWN .H artiste généreuse expose depuis longtemps ; endroits conviviaux ou plus institutionnels, c’est avant tout l’occasion de rencontres amicales profondes, pérennes et de qualité
La maturité, l’inventivité et l’équilibre profond qui émanent de ses oeuvres à la qualité régulière et discrète n’a d’urgence qu’à être reconnue au large de nos frontières bretonnes et bien au-delà.

Anne-Marie Chiron,historienne d'art.